• Pierre Le Roy

Décision stratégique lors de la Mini en Mai

Vu que je suis quand même très content de mon coup stratégique lors du dernier jour de la course, je vais vous expliquer comment ça s'est passé. On pourra aussi débriefer un futur mauvais choix, c'est souvent tout autant instructif !


Nuit de vendredi à samedi

Manque de sommeil, réglages pas terribles du bateau, bref une mauvaise nuit. Je me retrouve "sous" mes concurrents directs.

Samedi matin

Vent de nord (flèche bleue), on doit rejoindre La Trinité. En route directe ce n'est pas possible, on est face au vent et les îles bloquent le passage. Il y a donc 2 options :

  • à l'est (route verte),

  • à l'ouest (route orange) via le chenal de La Teignouse (rond orange).


Mon analyse "rapide" pour faire mon choix :

  • route verte : je vais sans doute rester avec tout le monde = pas de prise de risque. Vu que les concurrents sont plus à l'est, ils vont choisir cette route, c'est plus simple et plus court. Le problème avec cette route c'est que j'accepte de m’aligner derrière les autres et il sera sans doute très compliqué de gagner quelques places avant l'arrivée.

  • route orange : je dois un peu "tirer" la barre pour éviter les cailloux et donc ça rallonge un peu la route. Dans le chenal de La Teignouse (rond orange) je vais avoir du courant favorable. Je vais sans doute être quasiment seul, donc si je me plante dans mon analyse, je perds beaucoup !


Un autre facteur a sans doute légèrement influencé mon choix : je savais qu'en partant à l'ouest, j'allais avoir deux heures de stress, seul, des gros doutes, pour finir avec une émotion forte (positive ou négative). Cette perspective était un peu plus excitante que de rester derrière les autres pendant la fin de course.

Matinée de samedi

Je pars donc à l'ouest. Je clipse mon gennaker pour accélérer lorsque je dois légèrement tirer la barre. C'est la partie la plus stressante, je sais que je perds du terrain à ce moment là.

Arrivée dans La Teignouse c'est top, le courant favorable est bien là, ça me rassure, j'avance à 6 voire 7 nœuds sur le fond à des angles très proches du vent grâce au courant. Je passe au ras des cailloux pour profiter au max du courant (rond et flèche orange).

Fin de matinée

Dernier épisode stressant, je prends un gros orage une fois rentré dans la Baie de Quiberon. Finalement tout le monde est ralenti par ce grain. Pour finir, j'assure le coup en recroisant les autres pour contrôler ceux que j'ai réussi à dépasser. Nico et Félix sont toujours devant mais je suis remonté à la 5ème place !


Vous pouvez voir ma réaction à l'arrivée sur la vidéo de la course ici.

En l'expliquant à froid, ce choix paraît finalement assez simple, mais avec la fatigue, la pression de faire un bêtise tout seul, ça a été assez compliqué de se décider.

Rendez-vous cet été pour la prochaine course et donc les prochains problèmes stratégiques....

© Pierre Le Roy 2020