• Pierre Le Roy

Taille patron


C’est une véritable démonstration d’intelligence météorologique, de science de la régate et d’intuition tactique que le Lillois Pierre Le Roy nous offre depuis le départ de la deuxième étape de la Mini Transat Eurochef voici près d’une dizaine de jours. Face à une équation particulièrement ardue à résoudre, avec un anticyclone en villégiature sur la route de la Guadeloupe, Pierre, armé des simples bulletins météos distillés par la direction de course 4 fois par jour, a su mettre entre parenthèses classements et positions, pour chercher et trouver les routes métrologiques les plus efficaces vers les Antilles.

Il a su ainsi investir en permanence cap au Sud, souvent à 90° de la route, gagnant dans l’Ouest chaque fois que les caprices de l’alizé lui en offraient le loisir. Il a pu glisser sous l’anticyclone et trouver au terme de 8 jours d’efforts et de sacrifices, des flux d’Est Nord Est enfin établis. Pierre lâche depuis les chevaux de son TeamWork, regagnant sans coup férir le leadership après avoir un moment occupé une peu flatteuse 9ème place. Il retrouve aux avant-postes son principal concurrent pour la victoire finale, Tanguy Bourroulec et son Pogo à foils. Tanguy, vainqueur à La Palma, dispose au classement général provisoire d’une avance d’une heure et 3 minutes sur Pierre, soit sur l’eau et à régime normal, une douzaine de milles. C’est cet écart que le météorologue Lillois doit combler pour espérer l’emporter. Il lui reste pour ce faire moins de milles milles de course. Il s’y emploie avec un certain succès, profitant du petit plus de pression que lui offre sa position australe si chèrement acquise, et un angle de vent favorable pour avancer rapidement et en route directe vers les Antilles. L’alizé désormais mieux établi sur la route pourrait nous offrir la conclusion de cette trépidante étape en fin de semaine, vendredi ou samedi prochains.

Posts récents

Voir tout