• Pierre Le Roy

Météo route du rhum : cogitations du 5 novembre pour les Ultimes

Si on regarde un peu ce qui attend le groupe de tête en Ultime, l'enchainement des systèmes météo est assez clair :

  • une dorsale (pointillé violet)

  • puis un front froid (trait bleu)


Ces deux éléments progressent vers l'est.


Du coup le schéma stratégique des prochaines 24h semble assez clair (en rouge) :

  • descente rapide dans le vent de nord-ouest à l'avant de la dorsale (pleine balle tribord amure en mode avion !)

  • un virement au passage de la dorsale et c'est parti pour un bord direction le nord-ouest : du prés dans le vent de sud-ouest à l'avant du front

  • nouveau virement au passage du front froid puis descente vers les Antilles dans du vent de nord-ouest


Cela ne veut pas dire qu'il n'y a pas de questions à se poser pour les marins et routeurs :

  • il faudra choisir les bonnes voiles avec ce vent qui va beaucoup changer en force et en direction, et on a vu sur les images du départ que les manœuvres sont loin d'être évidentes.... Entre les 25 à 35 kts de nord-ouest mollissant et refusant au passage de la dorsale, puis les rafales entre 40 à 50 kts au passage du front, il va y avoir du sport !

  • il faudra caler au bon moment ces deux virements en suivant bien l'évolution de la météo à bord (le baromètre, le vent, les nuages)

  • et déjà réfléchir à la suite....

La suite justement ce sera d'aller jouer avec l'anticyclone des Açores qui sera en train de revenir lentement vers l'est (en noir). Là encore le schéma stratégique est clair (en rouge) :

  • une longue descente en tribord amure au portant

  • empannage(s) près du centre de l'anticyclone

  • descente au portant en bâbord amure vers les Antilles


Il y a évidemment des question à se poser (sur les voiles ou le nombre d'empannages) mais la principale est : A quelle distance passer du centre de l'Anticyclone ?

  • si on passe près, la route est plus courte mais il y a un risque de rester piégé dans les vents faibles au centre de l'anticyclone

  • si on passe plus loin, on minimise ce risque mais ça rallonge la route.

La question est particulièrement délicate parce que l'anticyclone se déplace vers l'est et donc si on passe trop près et qu'on s'arrête on risque d'y rester pas mal de temps ! Cette prise de risque sera à doser habilement en fonction aussi de la position des concurrents (tactique) : pas la peine de prendre des risques si on a une belle avance par exemple.

Affaire à suivre : ici.


Le premier article sur les Ultimes est ici.

Pour les Multi50 ça se passe ici.

© Pierre Le Roy 2020